Dans l'attente de Noël

La messe d'entrée dans l'Avent est célébrée à Quinsac pour nos trois secteurs pastoraux Artigues-Tresses, Bouliac et Créon.

 

Il a habité parmi nous

Les communautés de nos trois secteurs ont la joie de commencer le temps de l’Avent au cours de la messe à Quinsac. A ceux qui seraient surpris de cette initiative, les laïcs et les prêtres coordinateurs de la mission pourraient expliquer l’importance
de resserrer nos liens à l’occasion d’un temps liturgique pour, ensuite, mieux vivre ce temps de la venue du Seigneur sur nos lieux de vie. Nous pourrions aussi ajouter que cette journée vécue ensemble à l’écoute les uns des autres va nous permettre de nous réjouir de cette
présence du Seigneur qui anime nos vies. Après le repas tiré du sac, dans l’après-midi, nous écouterons plusieurs témoignages de jeunes exprimant le choix qu’ils ont fait de rendre Dieu présent en agissant pour le service et le bien-être de leurs prochains ici et ailleurs dans le
monde. Nous sommes tellement habitués à parler de tout ce qui va mal que nous en oublions la joie et la fierté d’être, au nom de Celui qui s’est fait Homme, les artisans de relations nouvelles, du respect de la dignité de chaque personne, du bonheur enfin donné à ceux qui
l’attendaient. Depuis la naissance de Jésus, tous les possibles peuvent devenir réalité si nous croyons et si nous agissons en prenant notre part de la mission. Nous achèverons ce temps fraternel par la prière des Vêpres pour rendre grâce à Dieu de ses merveilles pour les
hommes.
Le 7 décembre 1975, le Pape Paul VI publiait son exhortation « L’EVANGELISATION dans le monde moderne ». Laissons ses paroles nous enthousiasmer encore ! « Gardons donc la ferveur de l’esprit. Gardons la douce et réconfortante joie d’évangéliser, même lorsque c’est dans les larmes qu’il faut semer. Que ce soit pour nous – comme pour Jean-Baptiste, pour Pierre et Paul, pour les autres Apôtres, pour une multitude
d’évangélisateurs tout au long de l’histoire de l’Eglise – un élan intérieur que personne ni rien ne saurait éteindre. Que ce soit la grande joie de nos vies données. Et que le monde de notre temps qui cherche, tantôt dans l’angoisse, tantôt dans l’espérance, puisse recevoir la Bonne
Nouvelle, non d’évangélisateurs tristes et découragés, impatients ou anxieux, mais de ministres de l’Evangile dont la vie rayonne de ferveur, qui ont les premiers reçus en eux la joie du Christ, et acceptent de jouer leur vie pour que le Royaume soit annoncé et l’Eglise implantée au coeur du monde »
Père Jean-Louis Despeaux

 

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+